A l’occasion du module « Risque Environnemental » de la formation SQHE, l’opportunité nous a été donnée de visiter deux types de stations d’épuration, l’une sur le site industriel de Jean et Chaumont, l’autre gérée par La Lyonnaise des Eaux.

JEAN ET CHAUMONT (Tinqueux)

Jean et Chaumont est une industrie de traitement de surface créée en 1932, spécialisée dans le traitement de pièces en métal (de type vis, boulons, tuyauterie).

Afin de traiter ses effluents, l’industrie a mis en place une station d’épuration physico-chimique. La station comprend différentes étapes :

  • prétraitement : dégrillage, dessablage, déshuilage
  • traitement primaire : simple décantation avec récupération des boues et écrémage des flottants
  • traitement secondaire : aération et brassage, décantation secondaire
  • une étape de neutralisation permettant de précipiter le nickel et le zinc ainsi qu’une étape de floculation sont également utilisées.

En parallèle du traitement de l’eau, les boues sont traitées par un moyen physico-chimique, la chaux, pour être ensuite déshydratées par une presse. Les boues peuvent ainsi être revalorisées.

LA LYONNAISE DES EAUX (Muizon)

Le site de Muizon possède une station d’épuration  de 9500 équivalents habitants, sur un réseau séparatif de 47 km. La station travaille sur le principe d’oxygénation forcée ou boue activée en culture libre.

Le fonctionnement est en 4 étapes : collecte des eaux usées, pré-traitement et traitement par oxygénation, clarification (séparation des boues et de l’eau traitée) et rejet dans le milieu superficiel. La station possède également une étape de désodorisation, afin de ne pas nuire au voisinage.

Les échanges avec les deux professionnels de ces installations ont permis une meilleure compréhension de ces éléments en apportant un regard technique sur le processus de dépollution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.